Château de Fontainebleau-Fontainebleau-NapoléonI
1/5

Le château de Fontainebleau

Fontainebleau Histoire, Napoléon I, Napoléon III

« La vraie demeure des rois, la maison des siècles. »
(Napoléon à Sainte-Hélène, août 1816)

Avec plus de 1500 pièces déployées au cœur de 130 hectares de parc et jardins, le château de Fontainebleau peut s’enorgueillir d’avoir connu huit siècles de présence souveraine continue. Capétiens, Valois, Bourbons, Bonaparte ou Orléans, chacun des membres des dynasties ayant régné sur la France se sont succédés dans ses murs. Rois et reines, empereurs et impératrices se sont attachés à embellir le château construit autour du donjon originel. L’ensemble constitue rapidement un vaste palais dans lequel se déroulent nombre d’événements historiques déterminants.

La vie au château de Fontainebleau sous le Premier Empire est étroitement liée à l’ascension et à la chute de l’Aigle. Il imprime sa propre marque dans « la vraie demeure des Rois ». Napoléon est en effet le grand restaurateur du château de Fontainebleau qu’il remeuble intégralement au lendemain de la Révolution durant laquelle cette ancienne résidence des souverains a connu dépeçages et ventes des collections, comme les autres propriétés de la Couronne.

Fontainebleau est une étape vers Paris pour le pape Pie VII, venu sacrer l’Empereur à Notre-Dame. Napoléon et Joséphine viennent l’y accueillir dès le 22 novembre. Ils repartent le 28 pour Paris. Le sacre a lieu le 2 décembre.
En route vers l’Italie Napoléon fait halte à Fontainebleau du 31 mars au 2 avril 1805, puis à son retour de campagne du 12 au 17 juillet.

Alors que le pape a été arrêté et ses États saisis, le 19 juin 1812 marque le début de la captivité de Pie VII à Fontainebleau, dans l’ancien appartement des Reines-Mères (aujourd’hui l’appartement du Pape), celui-là même qui avait été aménagé spécialement à son intention pour le sacre, en 1804. Le 19 janvier 1813, l’arrivée inopinée de l’Empereur et de l’Impératrice, de retour d’une chasse à Grosbois, précipitent les choses. Le 25 janvier, l’Empereur obtient de Pie VII un concordat mais, le 24 mars, le pape se rétracte. Face à la colère de Napoléon, il ne quittera sa geôle du château de Fontainebleau que l’année suivante, le 23 janvier 1814.

Le 24 janvier 1814, Napoléon embrasse Marie-Louise et le roi de Rome pour la dernière fois, il ne les reverra jamais. C’est la Campagne de France. Napoléon tient tête aux coalisés mais plie finalement face au nombre. Le 30 mars, Paris est pris. Le 31 mars Napoléon se réfugie à Fontainebleau.

Le 2 avril 1814, le Sénat vote la déchéance de Napoléon. La première abdication en faveur du roi de Rome est annoncée le 5 avril. Le 6 avril, l’Empereur abdique une seconde fois et renonce au trône pour lui et sa famille. Dans la nuit du 12 au 13 avril, il tente de s’empoisonner. Le 20 avril ont lieu les célèbres Adieux à la garde.
Napoléon ne repassera à Fontainebleau qu’une seule fois, de retour de l’île d’Elbe, en marche pour les Cent-Jours : le 20 mars 1815, il s’y arrête de 10h à 14h

elit. elementum id Sed pulvinar dolor. ut Lorem