Domaine de Saint-Cloud-Napoléon
Domaine national de saint cloud
1/5

Saint-Cloud


L’histoire de la ville de Saint-Cloud est intimement liée à celle du Premier Empire (1804-1815) mais également à celle du Second Empire (1852-1870). Les collections du musée des Avelines, musée d’art et d’histoire de la ville, témoignent des différents évènements qui se sont déroulés dans le château de Saint-Cloud. En effet, ce château situé dans le domaine national fut le théâtre d’évènements importants de l’histoire de France tout au long du XIXe siècle et particulièrement sous les gouvernements de Napoléon Ier, puis de Napoléon III.


Napoléon Bonaparte y réalise sont coup d’État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) et en fait sa résidence favorite. Dès 1801, il ordonne de remettre en état le château de Saint-Cloud, tout comme ses jardins. Il fait restaurer les Grandes Cascades et ériger la lanterne de Démosthène que l’on allumait lorsqu’il séjournait à Saint-Cloud, afin de prévenir les parisiens de sa présence. Son épouse Joséphine s’installe au palais de Saint-Cloud et occupe l’ancien appartement de Louis XVI. Le 18 mai 1804, c’est dans la galerie d’Apollon qu’il est proclamé Empereur des Français. Il a le souhait d’embellir la ville ; il fait notamment élargir les levées du pont et établir des quais. De nombreuses fêtes somptueuses sont organisées au château et dans ses jardins : en 1806, lors de la victoire d’Austerlitz, en 1810, pour le mariage civil de Napoléon avec Marie-Louise d’Autriche, en 1811, à l’occasion du baptême du roi de Rome… Mais suite à la défaite de Waterloo, la ville est occupée par les Anglais. Les Prussiens pillent le château, et c’est finalement à Saint-Cloud que le maréchal Davout signe la capitulation de Paris, le 3 juillet 1815.

34 ans plus tard, le Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte séjourne à Saint-Cloud. Comme son oncle, c’est en cette ville qu’il est proclamé empereur des Français le 7 novembre 1852. Il prend alors le nom de Napoléon III et fait à son tour de Saint-Cloud sa résidence favorite. Il y reçoit de nombreuses personnalités : le Prince Albert et la Reine Victoria, mais également le roi Charles XV de Suède, le tsar de Russie, l’empereur d’Autriche, le roi de Grèce… S’intéressant aux innovations agricoles, il encourage vivement une expérience de transplantation d’arbres dans le parc, ainsi que le développement d’une ferme modèle sur le Domaine de Fouilleuse. En effet, l’intérêt de Napoléon III pour la ville ne se limite pas au château. En 1861, il soutient financièrement la construction d’une nouvelle église de style romano-gothique, l’église Saint-Clodoald. Le 18 juillet 1870, c’est à Saint-Cloud qu’il réunit son conseil des ministres, dernier conseil avant la déclaration de guerre contre la Prusse ; et le même jour, dans la galerie d’Apollon, un banquet rassemble les officiers prêts à partir se battre. L’impératrice Eugénie profite encore quelques semaines du château de Saint-Cloud avant qu’il ne connaisse un tragique destin…

Mais que reste-t-il aujourd’hui de ce passé impérial qui a marqué l’histoire de France à Saint-Cloud ?

Au moins d’octobre 1870, des obus tirés du Mont Valérien par les troupes françaises visent les batteries prussiennes installées dans le parc de Saint-Cloud. Le château est touché à plusieurs reprises avant d’être ravagé par un terrible incendie. Les Prussiens détruisent la lanterne de Démosthène et ne font rien pour arrêter le feu qui embrase le palais deux jours durant. Le seul bâtiment qui échappe à l’incendie est le pavillon de Valois qui abritait les cuisines du château et qui est encore visible de nos jours. Si les ruines du château sont finalement démolies en 1892, il est toujours possible d’admirer le parc de Saint-Cloud, archétype  » du jardin à la française « . Ce domaine national, situé aux portes de Paris, permet aux visiteurs de découvrir plus de 460 hectares de jardins animés de fontaines et sculptures. Quelques monuments y subsistent à l’image de la Grande Cascade qui illustre parfaitement le faste passé impérial de la ville.

A proximité de ce domaine, dans le centre-ville historique, le visiteur peut apprécier l’architecture de l’église Saint-Clodoald et découvrir l’Hôtel de ville, tous deux érigés grâce à la volonté de Napoléon III. Enfin, en poursuivant son chemin le long de la rue Gounod, il peut apercevoir le musée des Avelines, labellisé musée de France et qui présente de nombreuses peintures, gravures, photographies et objets d’art, qui sont autant de souvenirs de nos deux empereurs, deux personnalités qui ont écrit le passé de la ville, comme celui de la France.
  • Tout
Calculer l'itinéraire
Retour liste Afficher tout
Donec elementum accumsan mattis Sed ipsum ultricies