Sans titre (6)
1/5
29 mars
2020

Exposition : D’Alésia à Rome au musée d’Archéologie nationale

Saint-Germain-en-Laye Histoire, Napoléon III

L’exposition : D’Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III

Le musée d’Archéologie nationale conjointement avec la Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN-GP) organise en mars 2020 l’exposition D’Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III. Elle fera la lumière sur le contexte, les recherches et l’engouement des érudits pour la discipline à l’époque du Second Empire. Elle vise aussi à rappeler les origines de la science archéologique au sein du musée. Un propos qui prend tout son sens lorsque l’on sait que Napoléon III a sauvé le château de Saint-Germain-en-Laye en faisant de lui en 1862, le Musée Gallo-Romain. Il est ensuite devenu musée des Antiquités avant d’être aujourd’hui connu sous le nom de musée d’Archéologie nationale.
Du 29 mars au 14 juillet 2020.

Le retour de l’archéologie au XIXème siècle

Dans le courant du XIXème siècle, l’archéologie est au cœur de nouveaux enjeux politiques et scientifiques. En effet, les États européens et leurs dirigeants concourent pour s’approprier la connaissance des cultures disparues et ainsi construire leur identité nationale. Napoléon III, fasciné par Jules César et passionné d’archéologie, ne fait pas exception à la règle.

Le musée d’Archéologie nationale aujourd’hui

Le Musée des Antiquités nationales est le premier musée consacré entièrement à l’archéologie du territoire national. C’est ce qui le distingue également des départements archéologiques du Louvre qui se développent à la même époque.

L’Empereur inaugure les sept premières salles le 12 mai 1867, sous une pluie battante. Cette date avait été choisie en relation avec l’Exposition universelle. De fait, quarante-quatre salles sont ouvertes au public en 1907.

Aujourd’hui, des collections nouvelles continuent d’entrer à Saint-Germain. Elles proviennent des recherches actuelles menées en France ou à l’étranger. Ainsi que d’importantes fouilles de sauvetage, comme l’exceptionnel mobilier des tombes à char gauloises de l’aéroport de Roissy découvert en 1995.

quis ut suscipit libero libero facilisis eget tempus libero. id, sit accumsan